Visuel Venenum

Venenum, un monde empoisonné

Un monde empoisonné

15.04.2017 - 07.01.2018

Je réserve ma visite
Scroll
A propos

L'exposition

Que ce soit un moyen de défense ou de pouvoir, une arme mortelle ciblée ou diffuse, une menace environnementale ou encore un espoir pour la médecine de demain, les poisons ont toujours suscité crainte et fascination.

Le mot latin venenum désigne aussi bien les poisons élaborés par l’homme que les substances vénéneuses des plantes et des champignons ou encore le venin du serpent.

Serpent - Exposition Venenum
Serpent - Exposition Venenum
Plante - Exposition Venenum

Le poison évoque une double ambiguïté : il est à la fois une substance originellement présente dans le milieu naturel mais également une mixture préparée à des fins criminelles, qui en fonction de la dose, pourra être mortelle ou salvatrice.

L’exposition décrit les différents rôles joués par le poison dans l’histoire et la culture, la science et les croyances, la médecine et la criminologie.

Raie - Exposition Venenum
Vidéo bande-annonce Venenum

Bande annonce

Découvrez une présentation
de l'exposition en vidéo.

Lecture

Le parcours de l'exposition

Œuvres Beaux-Arts, collections historiques et ethnographiques côtoient et dialoguent avec les collections de sciences naturelles pour illustrer les usages des poisons au cours de l’histoire.

L’exposition explore la thématique du poison d’une manière interdisciplinaire, à l’image du parcours permanent du musée des Confluences.
De nombreux dispositifs audiovisuels vous donnent un point de vue pédagogique et contemporain sur le sujet.
Des animaux venimeux et toxiques présentés en aquarium ou vivarium vous plongent au cœur de cette nature empoisonnée.

Galerie

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Flèche empoisonnée (Burkina Faso - fin 19e)

Le poison pour pointes de flèches reste toujours employé dans de nombreuses régions du monde que ce soit pour la chasse ou les conflits. Issu d’une connaissance ancestrale des ressources naturelles disponibles, le poison de flèche est d’origine végétale, animale, bactérienne ou conjugue les trois.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Coiffe masque Cimier zoomorphe ciwara (Mali – début 20e)

Confronté à la puissance des poisons, les hommes ont recherché les moyens pour s’en prémunir et en contrer les effets. En Afrique, le culte ciwara fournit une protection pour les défricheurs de champs particulièrement exposés aux morsures de serpents.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Méduse Aurelia aurita

L’émergence de la toxicologie au 19e siècle permet de mieux connaitre les caractéristiques des venins. Difficile à prélever, le venin des méduses est encore peu étudié mais il intéresse tout particulièrement les chercheurs pour ses vertus anesthésiantes.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Violette Nozière

Aux 19e et 20e siècles, l’apparition des polices d'assurance-vie entraîne l’émergence d’une nouvelle génération d'empoisonneurs avides d’héritage.C’est ainsi que naît le mythe de la «veuve noire», femme amoureuse ou intéressée utilisant le poison et dont les crimes font les beaux jours de la presse.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Chevalière à chaton mobile

Au 20e siècle, le poison est employé comme arme de guerre. Lors de la seconde guerre mondiale, s’ils étaient arrêtés par l’ennemi, les agents infiltrés avaient pour consigne de croquer la capsule de cyanure dissimulée dans leur bague afin de ne pas subir la torture et risquer de parler.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

La mort de Socrate de Jean-Baptiste Alizard, 1762

Pendant l’Antiquité, le poison est utilisé comme sentence judiciaire. Le philosophe Socrate (469-399 av. J.-C.), accusé de sacrilège et de corruption de la jeunesse, est condamné à boire une coupe de poison à base de ciguë, une plante mortelle.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Pipe à opium en ivoire (Chine - 18/19e)

L’opium, extrait du pavot indien, était utilisé en médecine pour soulager la douleur. À partir du 19e siècle, sa consommation se ritualise et se situe à la limite entre drogue et poison.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Mygale rose du Mexique (Brachypelma klaasi)

Cette mygale est pourvue, sur son abdomen, de nombreux poils urticants. Lorsqu’ils entrent en contact avec la peau, ils occasionnent de fortes démangeaisons voire de graves réactions allergiques.

Venenum, Un monde empoisonné - Musée des Confluences Lyon

Stibine, minerai d'antimoine

Parmi les 80 éléments chimiques de la croûte terrestre, quatre peuvent être toxiques : le mercure, l’arsenic, le plomb et l’antimoine. L’antimoine était employé en cosmétique pour noircir les yeux